Le stress

Dans vos différents livres et conférences, vous insistez beaucoup sur le stress, pourquoi ?

Dans notre situation de crise économique durable, j’estime avant tout que l’art de vaincre le stress au quotidien est la meilleure chose que nous puissions réaliser afin de faire face.
J’aime parler du stress parce que, pour moi, il est le facteur déclenchant unique de la majorité des graves pathologies sur un terrain prédisposé. Nous vivons dans un monde d’agressions multiples, et un individu stressé est un individu agressé. Le stress entraîne des dommages dans notre corps mais ces lésions peuvent être réparées par notre organisme pour peu qu’il soit capable de le faire.

En effet, nous pouvons réparer les dégâts causés par le stress par l’intermédiaire de notre système nerveux végétatif. Le système nerveux végétatif est la partie de notre système nerveux qui commande tout le fonctionnement de notre organisme sans la dépendance de notre mental.

Ce système se divise en deux parties, le système sympathique et le système parasympathique.

Le rôle du système sympathique est de mobiliser de l’énergie dans notre corps à partir du glucose sanguin issu du repas précédent et du glycogène hépatique et musculaire qui est la réserve profonde de sucre. Cette mobilisation sert à réparer les dégâts causés par le stress par l’intermédiaire notamment des glandes surrénales qui sécrètent l’adrénaline et la cortisone. Et, si besoin, il mobilisera par la suite les réserves minérales profondes qui constituent en fait nos propres tissus.

Le système parasympathique a pour rôle de refaire les réserves qui ont été utilisées.

Ces deux systèmes doivent être en équilibre comme les plateaux d’une balance. Dans notre société actuelle où les aspects négatifs et angoissants ne sont que trop visibles (pour ne citer que la conjoncture économique, les catastrophes naturelles...) le système sympathique travaille en permanence et nous allons jusqu’à mobiliser à l’extrême nos réserves profondes. Les glandes surrénales sécrètent alors davantage d’adrénaline pour mobiliser ce qu’il reste à mobiliser et elles s’épuisent vite.

Cependant, l’énergie vitale du corps garde également des réserves pour ses fonctions métaboliques de base. Ainsi, à un moment donné, au niveau organique nous n’avons plus de sucre, de minéraux, de nutriments pour réparer les dégâts causés par le stress. Cet état organique engendre au niveau comportemental un état d’inhibition de l’action. C’est ce que l’on appelle « l’aboulie ». L’individu n’a plus envie de rien, il se force à poser des actes même simples, à prendre des décisions et ressent une grande fatigue physique, une profonde lassitude. Mais le stress de la vie ne s’arrête pas pour autant… À partir de ce moment, instinctivement, l’individu va utiliser des sympathicomimétiques, c’est-à-dire des substances qui vont continuer de mobiliser en aveugle les réserves profondes de notre organisme, notamment les minérales qui ne devraient pas être utilisées car elles constituent nos propres tissus.

Nous parlons souvent de la nocivité du cholestérol par rapport à ce type de maladie, on oublie de parler du stress et de la fragilité de la paroi des vaisseaux engendrée par le stress. N’oublions pas également que les glandes surrénales sécrètent aussi la cortisone qui joue exactement le même rôle physiologique que l’adrénaline, c’est-à-dire la mobilisation des réserves pour réparer les dégâts causés dans le corps par une inflammation, une allergie, voire une infection. À partir de là, une décharge d’adrénaline peut engendrer un épuisement de cortisone entraînant une dépression immunitaire, facteur déclenchant de cancers sur un terrain prédisposé, et de maladies auto-immunes. Dans ce cas-là, les défenses du corps deviennent tellement faibles qu’elles n’arrivent plus à reconnaître les tissus sains des tissus malades, comme dans la sclérose en plaques, la polyarthrite rhumatoïde etc. Ceux sont des maladies de civilisation qui, actuellement, augmentent à la vitesse grand V…

Et c’est pour cette raison que je me bats depuis des années pour aider les gens à mieux gérer les différentes agressions provoquées par notre vie trépidante moderne.

Serge LEAUTIER
1A rue Sous Pymaure - 05000 GAP
Tél : 04 92 53  68 57
www.sergeleautier.fr

Dans son enfance, Serge LEAUTIER voulait être ingénieur agronome, mais sa destinée était tout autre ayant eu des graves problèmes de santé.
S'étant soigné par un changement de son alimentation, c'est alors qu'il a vraiment pris conscience de l'importance de la nutrition sur l'état de santé.
C'est donc en voyant ce formidable résultat personnel qu'il a décidé, par vocation tardive, de devenir hygiéniste-nutritionniste.
En plus de ses consultations privées, Serge LEAUTIER fait des conférences, des émissions radios, rédige des articles dans des magazines et écrit des livres sans le seul but de faire profiter de sa formidable expérience à un maximum de personnes. 
Extrait du livre de Serge Léautier "La destinée de l'homme"

Le cancer, maladie de terrain et de l’âme ?

Règles de base Naturopthie :

• Renforcement du terrain
• Respiration cellulaire (Bol d'Air Jacquier)
• Équilibre psychologique et spirituel

N'ayant rien inventé, je me permets tout de même de donner quelques pistes qui me semblent intéressantes. Les hasards, s'ils existent, m'ont permis de trouver des solutions aux problèmes de terrain coexistants avec les maladies dégénératives. Je ne veux rien prouver, tout au plus aider.....

ANTZ André

Lire la suite  : Livret Terrain

 

Qu‘est-ce que l‘Iridiologie ?

C‘est une technique scientifique qui permet par l‘examen de la partie colorée de l‘oeil d‘apprécier l‘état de santé de l‘organisme.
L‘examen de l‘iris permet de faire un diagnostic complet et minutieux de tout notre corps: État actuel, maladies passées, accidents anciens, physiques et psychiques, tout s‘y trouve archivé.
En résumé, l‘iridiologie permet de dépister et de mieux connaître le terrain. Elle est très précieuse pour le Naturopathe, car ce dernier pratique, avant tout, une médecine de terrain.

Du point de vue anatomique, le globe oculaire est innervé par le nerf optique, qui est une branche du trois oculaire moteur commun et il est vascularisé par l‘artère ophtalmique, qui elle-même est une collatérale de la carotide interne.
Les nerfs artériels parcourent les artères pour informer celles-ci au mieux des différents processus de réactions du corps, afin que le sang ai une action trophique des tissus lésés.
C‘est par le sang qu‘ arrivent les informations inflammatoires au niveau de l‘artère ophtalmique qui se divise en artères ciliaires, longue et courte, qui forment le petit et le grand cercle artériel de l‘iris.
Toutes les informations sympathiques arrivent par l‘intermédiaire des ganglions cervicaux, puis par l‘artère carotide interne et le nerf trijumeau.
C‘est le sphincter irien à innervation parasympathique, qui assure l‘ouverture et la fermeture de l‘iris.
La midriase ou dilatation est provoquée par le nerf orthosympathique.
Le miosis ou contraction est provoqué par le nerf parasympathique.

Constitution lymphatique

C‘est un état d‘organe qui prédispose à telle ou telle maladie (diathèse). Pour la constitution lymphatique pure (iris bleu ou gris), collerette claire, nous trouvons une sensibilité exagérée du système lymphatique : par exemple: inflammation d‘amygdales chez les enfants, et de la trachée, du hile des poumons, des tendons, des muqueuses (exemple: les bronches), en général.
Chez les adultes, nous pouvons également trouver des affections du tractus digestif (estomac, colon), de la vessie, de la zone génitale.

Pour la constitution lymphatique hydrogenoïde, nous observons des petits nuages blancs qui sont disposés circulairement dans la zone ectoderme, c‘est-à-dire à l‘extérieur de l‘iris, c‘est le tuberculinique type.
Les rhumatisants se retrouvent volontiers dans cette constitution (changement de temps). Il y a aussi ceux qui ont de l‘eczéma (diathèse exsudatrice), il s‘agit de réactions endogènes qui libèrent leurs sécrétions vers la périphérie, donc vers la peau.

Pour le type lymphatique avec faiblesse du tissu conjonctif, on peut voir les différents syndromes:

- dégradations des réserves surrénales
- faiblesse avec asthénie
- fatigue (ptoses organiques, varices, hémorroïdes)
- Syndrome pancréatique
- Syndrome hépato-gastrique
- Syndrome cardio-rénal
- Syndrome cardio-abdominal

Type neurogènetroubles nerveux, centraux et végétatifs

Constitution hématogène

Tous les problèmes dominants sont ceux du sang et les liquides hormonaux. Quand le terrain se dégrade, il donne le sous-type tétanisant larvé, car attisé par les spasmes nerveux et la difficulté de fixer la mémoire.

Type pur :

-trouve sa pathologie dans le sang et les humeurs
- carence d‘oligo-élements, de catalysateurs, comme l‘iode, l‘arsenic, le fer, l‘or, le cuivre
- maladies du système glandulaire et lymphatique (infection avec tendance leucopénie, par opposition à la constitution lymphatique, où elles réagissent avec trop de globules blancs) – malignité
- calculs rénaux

En résumé :  insuffisance des globules blancs, maladies du sang avec leucopénie

Type tétanique larvé (ou latent) :
- se caractérisant par une pupillotonie.
- se voit aussi dans le type lymphatique.
- il s‘agit d‘états de tensions psychosomatiques avec excitabilité neuromusculaires.
- on y rencontre la décalcification, suivi d‘insuffisance des fonctions de la glande parathyroïde (tétanie)
- angoisses, palpitations, tics, troubles circulatoires, vertiges, frilosité,migraines, oppression respiratoire.

Constitution biliaire (intermédiaire ou mixte)

Les deux coloris:
- clair, se trouve dans la couche primaire, profonde (la trame).
- brune, hématogène, se trouve dans la couche superficielle.

L‘expression de cette constitution indique les troubles hépathiques et biliaires.

Conclusion :
Revenons aux anomalies de l‘iris pour nous permettre de détailler ces anomalies : les tâches, les creux, les lacunes, les pigmentations, les nuages,l‘effacement même de la trame, l‘aspect de la collerette, couronne entourant la pupille“, la position de la pupille avec ses méplats sectoriels, indiquant les subluxations vertébrales.

Il faut également savoir, que les zones présentes dans l‘iris, se prolongent dans le blanc de l‘oeil et que les anomalies de fonctionnement des organes se traduisent là, par des tâches dans le blanc ou la sclérotique:  jaune, verdâtre, dense, blanc laiteux, veinules rouges apparentes.

Docteur en Naturopathie Michel Kussmaul - Heilpraktiker

Mal de dos

Une solution l'acupuncture !

Le mal de dos est de plus en plus fréquent dans nos pays occidentaux. Et la consommation en anti-inflammatoires et myorelaxants va bon train, quand cela ne se termine pas par une opération pour hernie discale.

L'acupuncture voit son intérêt dans le soin de cette pathologie. Elle permet d'expliquer pourquoi survient un mal de dos et a des vertus à la fois antalgiques, myorelaxantes et préventives sur la durée et ceci sans effet secondaire.

Je peux, en tant que praticien,  intervenir sur le mal de dos directement en stimulant les aiguilles d'acupuncture localement sur des points bien précis. Mais pas seulement, je peux travailler sur un mal de dos avec des points des mains et des pieds.

En général, le patient est souvent fatigué : le Qi maintient la forme des tissus. Avec la fatigue (le Qi diminue) et les tissus se tassent, y compris les disques intervertébraux ce qui a pour conséquence le mal de dos et les pincements des nerfs intervertébraux. Le bas du dos correspond à l'énergie des reins (énergie vitale comme nous l'avons vu précédemment): "J'ai mal aux reins!".  Tout ce qui permettra de travailler sur cette énergie par la diététique ou les compléments alimentaires ou encore les exercices sera favorable à l'amélioration du mal de dos.

Dans le dos passe le méridien de la vessie qui permet de drainer les toxines, les tensions: qui "laisse pisser!". Quand ce méridien est en surcharge: "J'en ai plein le dos!", il se tend et le mal de dos commence!

Alors déjà ce que vous pouvez faire pour améliorer votre dos, c'est de vous détendre et de lâcher-prise!

Lire :   http://suckhoe-votre-sante.com/la-plante-medicinale-de-la-tonification-des-reins-lortie/

La Pratique des trois cercles ou comment corriger le Terrain ?

  La pratique des trois cercles  

.... Lorsque les personnes viennent consulter, elles ne vous présentent pas que leurs pathologies, mais elles confient indirectement leur mal être. Il est souvent difficile de faire la part des choses. Nous ne sommes pas des «Psy» mais nous pouvons, dans une première intention, soulager les patients de leurs tensions immédiates.

Le premier cercle
Au départ, avant de s'intéresser à la soi disant maladie que l'on nous présente, il est bon de calmer le stress dont souffrent les personnes qui nous consultent par des anxiolytiques naturels et de corriger dès le départ le terrain acide.

Le deuxième cercle : Lorsque la tension émotionnelle est tombée, je renforce le terrain.

Le troisième cercle :  Selon de grands spécialistes, la maladie commence et fini par une hypoxie cellulaire et une déficience enzymatique. De l'inflammation basique à la maladie dégénérative, le processus est le même. Dans ce troisième temps il faut combler l'insuffisance enzymatique.

En conclusion, la maladie trouve ses racines dans un terrain déficient en enzymes, l'hypoxie cellulaires qui y est liée et un environnement stressant. De notre manière de vivre et de s'alimenter dépend notre capacité d'auto défense. Il est évident que notre travail sera pédagogique et c'est à ce stade que commence le vrai travail du Naturopathe. A nous de diriger les personnes vers une alimentation saine en les éclairant sur les subtilités qui conduisent vers un état de grâce que l'on appelle la santé.

André  ANTZ
Heilpraktiker

 

CURE MINCEUR YLOX simple, équilibrée, efficace !

Ce que je propose est simple et abordable.
On peut mettre en route toutes les techniques de guérison que l'on connaît mais lorsque la personne concernée se prend en charge la guérison véritable se met en route.
L'homme s'est adapté génétiquement au cru depuis la nuit des temps et non au cuit.
D'après les spécialistes, la domestication du feu date du paléolithique inférieur, voir du paléolitique moyen pour certains … Les pré humains dateraient d'il y a environ 2 millions d'années, le calcul est vite fait !
Lorsque le malade se prend en main, les choses changent et lorsqu'il démarre la cure, on voit disparaître les dermatoses, les états inflammatoires, régresser des maladies dégénératives, les maladies auto-immunes.
Je suis à présent un dinosaure de la profession et à l'époque pour augmenter le PH urinaire, je conseillais déjà l'utilisation du jus de betterave rouge.
Tout cela pour vous dire qu'à la fin de ma carrière, je simplifie la procédure et j'obtiens de très bons résultats.

André ANTZ- Heilpraktiker

Cure Ylox

Les Actibiotiques

Nouvelle génération des produits de flore

La flore intestinale est un écosystème symbiotique, c’est-à-dire une relation d’intérêt commun entre nous et des organismes vivants extérieurs. L’habitat de ces organismes est constitué par nos muqueuses digestives, sur lesquelles les bactéries vivent fixées. Parmi les « cent mille milliards » de bactéries qui composent la flore humaine, la diversité est immense. Certaines bactéries dominent, d’autres sont dominées. Des relations complexes hôte/bactéries et bactéries/bactéries conditionnent de façon individuelle la composition qualitative et quantitative de la flore.

A chacun sa flore

Chacun possède une flore spécifique et c’est qui fait dire à certains thérapeutes que la prise de probiotiques (donc l’ingestion de micro-organismes venus de l’extérieur) répond très imparfaitement aux besoins individuels de chaque individu. C’est sur cette base théorique qu’ont été conçus les actibiotiques, dont le concept propose une vision plus écologique du fonctionnement digestif.

L’ingrédient leader des actibiotiques, les Actifs L.B, est formé d’un complexe thermostable, obtenu par fermentation d’une souche naturelle de Lactobacillus acidophilus (souche L.B). Cette souche a été sélectionnée pour ses propriétés bénéfiques sur l’écosystème digestif, et surtout parce que ses propriétés persistent lorsque la souche est stabilisée par la chaleur (thermostabilisation).

Les Actifs L.B n’apportent donc pas de germes vivants extérieurs, comme les flores de substitution probiotiques, mais un ensemble d’ingrédients naturels vont agir de façon directe, en consolidant les muqueuses et en réactivant la flore intestinale spécifique à chaque personne. L’objectif est de rétablir l’autonomie de l’écosystème, en respectant le terrain individuel.

Sur la flore intestinale, les Actifs L.B stimulent la croissance des germes bénéfiques (effet bifidogène) et inhibent la croissance des micro-organismes à potentiel pathogène (salmonelles, virus …).

L’effet inhibiteur a été validé sur les agresseurs présents dans la lumière du tube digestif (action préventive), mais également sur les germes ayant déjà pénétré à l’intérieur de la muqueuse (action réparatrice). De plus, l’effet anti-microbien a été également démontré au niveau de l’estomac contre Helicobacter pylori, un germe pathogène impliqué dans les troubles de cet organe.

Sur les muqueuses digestives, les Actifs L.B exercent une restauration intime des cellules, et surtout un renforcement de l’étanchéité entre ces cellules sans laquelle certains déchets (allergènes alimentaires, protéines bactériennes, structures virales), normalement stoppés par les barrières digestives, sont susceptibles de franchir la muqueuse sans être digérés et de pénétrer dans la circulation générale. De même que pour l’activité antimicrobienne, l’effet cellulaire des Actifs L.B s’applique à l’estomac, avec des effets réparateurs sur la muqueuse gastrique.

Patrick HOULIER
Docteur en Pharmacie

Directeur de PARINAT

www.parinat.com
mail : contact@parinat.com

PARINAT France : 0033 1 43 98 89 85
PARINAT Suisse : 0041 21 922 49 56

 

Le collagène marin & l’acide hyaluronique végétal

La peau est constituée de trois couches dont l’épaisseur totale est d’environ 2 mm.
L’épiderme :  il se renouvelle en permanence sur un cycle de 28 jours ; la partie supérieure de cette couche est constituée de kératine (protéine fibreuse riche en soufre), de cellules mortes dont le rôle est d’assurer la protection externe de notre corps : c’est un rempart immunitaire où vivent des micro-organismes chargés de produire des substances acides (acide lactique) afin de lutter contre les bactéries pathogènes externes qui tentent de fracturer ce tissu et agresser la surface de la peau.
Le derme : il est représenté principalement par le tissu conjonctif riche en protéines,  collagène et acide hyaluronique afin de maintenir la souplesse et l’élasticité de  la peau.
L’hypoderme : cette couche du tissu conjonctif est riche en acide gras, c’est le siège de la vascularisation cutanée réalisée par les micro-capillaires ; c’est dans cette couche de la  peau, sous l’influence des œstrogènes, que se produit cette fameuse cellulite à partir des acides gras saturés et oxydés riches en radicaux libres.
La peau est un organe imperméable et résistant, elle se renouvelle constamment, se répare elle-même en cas de blessure, fait obstacle aux invasions microbiennes, produit les ongles, les poils et les cheveux. C'est en outre, l'organe du toucher.

Acide hyaluronique végétal :  Cet actif majeur a été découvert dans les années 1930, c’est sous le nom de GLYCOSAMINOGLYCANE (GAG) que celui-ci fut référencé avant d’être dénommé Acide Hyaluronique. L’acide hyaluronique est un composant du milieu extra-cellulaire présent en grande quantité au niveau des cartilages, ligaments, tendons mais aussi dans le liquide synovial afin de lubrifier toutes les articulations. Plus en profondeur l’acide hyaluronique joue un rôle très important au niveau des valves cardiaques et réduit le processus inflammatoire tissulaire. Les troubles de la cataractes sont souvent associés à une perte de l’acide hyaluronique dans le corps vitreux des yeux. La perte de l’acide hyaluronique induit l’apparition des rides fines ou profondes du tissu et une perte de l’élasticité du tissu conjonctif.

Collagène marin :  L’apport de collagène marin permet de combler les carences et corriger les troubles associés à cette perte qui ne fait que s’accroître au fil des ans. Un apport régulier ou par cure permet de renforcer les articulations, tout en leur apportant plus de souplesse. Le collagène marin redonne souplesse et tonicité de la peau en retardant l’apparition de rides, son apport permet de renforcer la trame osseuse.

Reine des près  : sommité fleurie de la Reine des Prés possède surtout des propriétés analgésiques et anti-inflammatoires (véritable « aspirine végétale » comme le saule blanc) ; anti-rhumatismale ; anti-spasmodique, diurétique, en favorisant et en accroissant la sécrétion rénale non seulement de l’eau, mais aussi des chlorures, de l’urée et de l’acide urique, d’où ses vertus dépuratives, fébrifuge.

Ortie feuille BIO :  L’ortie se prend généralement en infusion ou en décoction ; dans ce cas quelques poignées de jeunes feuilles sont jetées dans un litre d’eau. Le liquide obtenu a des vertus dépuratives, diurétiques, astringentes et anti-anémiques ; ses qualités de fortifiant, de régulateur du sang. Reminéralisante, elle contient :

  • de nombreux minéraux (calcium, chlore,magnésium, manganèse, potassium, soufre, zinc , fer et silicium)
  • des vitamines (notamment B2, B5, B9, C, K et provitamine A)
  • de l' acide formique et acétique
  • de l'acétylcholine et histamine.

Acérola BIO : Son intérêt comme source de vitamine C a retenu l'attention dès les années 1950. Toutefois, l'acérola n'est pas uniquement une source exceptionnelle de vitamine C, il contient également des concentrations élevées de phosphore et de calcium, de vitamines du groupe B (thiamine, ribo-flavine, piridoxine), ainsi que des facteurs antioxydants, notamment flavonoïdes et anthocyanines. Les extraits d’acérola de par leur richesse en vitamine C sont utilisés pour leur propriétés tonifiantes et anti-infectieuses. Leur richesse en minéraux apporte des propriétés reminéralisantes. Leur concentration élevée en flavonoïdes et anthocyanines donne des propriétés anti-oxydantes.

Un label pour les médecines non conventionnelles

Extrait de l'article paru dans PROFESSION THERAPEUTE N° 16  - HIVER 2012

Depuis plusieurs années déjà, les élus attirent l'attention du gouvernement quant à la nécessité de légiférer sur les médecines non conventionnelles. Souvent mise à l'ordre du jour, la question de la reconnaissance de ces pratiques n'a pourtant jamais abouti à des propositions concrètes. Aujourd'hui enfin, les pouvoirs publics s'emparent sérieusement du sujet. Le Centre d'analyse stratégique (CAS), institution d'expertise et d'aide à la décision placée auprès du premier ministre, a publié en octobre dernier une note s'intitulant "Quelle réponse des pouvoirs publics à l'engouement pour les médecines non conventionnelles ?

pdfprofession thérapeute p1

profession thérapeute p2